Your Way
La voie de l'adaptation du corps
La voie de l'adaptation du corps

Au commencement

21 Mar 2022 Jules Ganem Développement de soi

Lorsque l’on naît, notre corps est déjà programmé pour être qui nous sommes en tant qu’être avant même d’être influencé par notre pensée. Ce programme est notre ADN et définit la fonction de chaque cellule intelligente qui constitue notre corps. Notre corps est un univers en soi.

 

À notre plus tendre enfance, nous sommes régis par notre instinct, nous sommes guidés par le plaisir. Nous savons ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas faire.

 

Puis apparaissent les symboles. Ils nous permettent de nous exprimer et de communiquer. Nous sommes programmés pour créer un langage pour nous-même, celui qui nous permet d’exprimer notre pensée dans notre tête. Il existe autant de symboles pour nous exprimer que de régions dans le monde. 

 

Dés que l’on apprend à parler, nos parents, notre famille, les personnes qui s’occupent de nous apprennent ce qu’ils savent. Ils nous programment avec leurs connaissances qui sont diverses et variées (sociales, religieuses, morales…). Nous apprenons à devenir qui nous serons en fonction de la société dans laquelle on vit. Lors de notre enfance, nous croyons tout ce que les adultes nous disent et notre apprentissage se grave dans notre mémoire. Cette transmission de savoir passe par l’attention.

 

L’attention est primordial car c’est ce qui nous permet de nous concentrer, de nous focaliser sur un sujet parmi beaucoup d’autres. C’est grâce à l’attention que l’information extérieure pénètre en nous et inversement lorsque nous véhiculons une information et que notre interlocuteur nous écoute avec attention. « On peut le comparer à un pont qui va d’un esprit à un autre ». L’apprentissage est vain sans attention.

 

Par l’apprentissage des symboles et de l’alphabet nous construisons notre mode de communication et commençons alors à penser. Au début tout est simple, nous n’attachons aucune émotion à ces symboles, nous ne faisons que répéter ce que nous avons entendu et appris. À partir du moment où nous attachons un sens aux symboles, nous les utilisons afin de donner un sens aux choses qui nous arrivent.

 

À l’école, nous continuons à renforcer nos connaissances en utilisant les symboles que nous connaissons déjà. C’est parce que nous les connaissons qu’ils résonnent en nous de manière décupler car c’est autour d’eux que nous avons construit notre croyance. Ce qui est bien ou mal, ce qui est réel ou abstrait… Notre esprit commence alors par être influencé par l’opinion de tous ceux qui nous entourent. À cette période de notre vie, nous ne savons pas qui nous sommes, les autres nous servent de miroir afin de nous définir. On peut nous dire qu’on est petit, intelligent, que l’on ressemble à notre père ou notre mère… et bien sur nous finissons par y croire et cela définit ce que nous pensons de nous mêmes (à travers l’opinion des autres).

 

Vient à un certain point une influence telle que l’on nous dicte nos comportements. On nous dit comment se comporter en société, quelle apparence nous devons avoir… Nous ne voulons pas être rejeté et mal-aimé, nous finissons donc par nous plier aux attentes des autres et partons en quête de la « perfection ». Cette idée est formée par tout ce que l’on n’a pu nous dire jusqu’à présent bien qu’au fond nous savons que cela ne correspond pas à notre nature profonde qui est de créer, d’explorer, de tendre vers le plaisir et d’éviter les souffrances. Avant cette influence, nous vivions dans l’instant présent, sans se soucier du futur et sans avoir honte du passé, nous étions dans la vérité du moment. Après l’atteinte de notre esprit par les influences, nous essayons de correspondre au modèle que l’on attend de nous mais nous finissons par nous éloigner de qui nous sommes réellement en quête de cet idéal de perfection.

 

Puis arrive l’adolescence et les hormones. À ce moment là, nous n’avons plus besoin d’entendre ce que les autres nous disent car notre esprit (qui est influencé par notre sytème de croyances) nous dicte perpétuellement quoi faire et comment être. 

 

Une fois cette période difficile révolue, nous sommes adulte. Tout change à nouveau, nous finissons par vraiment nous chercher, toujours influencés par nos croyances.

 

Référence : « Le 5e accord toltèque », Don Miguel Ruiz et Don José Ruiz


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

L’art des humains

01 Août 2022

Où que nous soyons nés, quelle que soit la langue que nous parlions, il s’avère que pratiquement tout ce que nous savons relève d’accords, à commencer par les symboles que nous avons appris.
 
Les ...

« La goutte d’eau qui fait déborder le vase »

21 Mar 2022

Dans la plupart des cas l’apparition des douleurs est multifactorielle (de la même manière que votre bien être)
 
Dans cette expression le vase est une métaphore de notre corps et l’eau correspond ...

Au commencement

21 Mar 2022

Lorsque l’on naît, notre corps est déjà programmé pour être qui nous sommes en tant qu’être avant même d’être influencé par notre pensée. Ce programme est notre ADN et définit la fonction de chaque...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par Le CEESO

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.